Histoire et Patrimoine

La commune de Dirac est très joliment délimitée par les frontières naturelles que forment :
au nord l'Anguienne qui prend "ses sources" au bas du village du Boisseau et au pied du château de Dirac,
à l'est, l'Échelle qui délimite la commune de Dirac et de Sers,

et au sud les Eaux Claires qui prennent naissance en dessous de la Prévalerie.
La limite ouest est limitrophe de la commune d'Angoulême.

L'origine du nom de Dirac vient probablement du nom d'un homme latin (ATIRIUS) ou gaulois (DIRUS) + le suffixe "ac" venant du latin "aqua" (eau), suffixe très répandu dans la région.

Au cœur du village, subsistent de magnifiques maisons, l'église Saint-Martial, le château de Dirac, la mairie, le prieuré, la Reinerie.

L'église Saint-Martial :


 

 

 

 

 

 

Dans le bourg, l'église Saint-Martial constitue l'un des principaux attraits monumentaux. Construite au XIIème siècle de style roman, elle possède encore deux cloches datant de 1591 et est classée monument historique depuis 1913. Latéralement deux chapelles du XVème siècle ont été rajoutées à l'édifice. L'une d'elle porte les armoiries des Tison d'Argence, anciens seigneurs du château de Dirac, et abrite leur caveau.

 

Le château de Dirac (ne se visite pas) :

Sous le château, des grottes servirent d'habitat préhistorique. Murées par la suite vers la vallée et agrandies, on y creusa des accès vers le plateau. Les salles ainsi creusées furent utilisées à l'époque gallo-romaine pour le culte de Mythra probablement. Au Moyen-Âge, un château fut construit et devint le domaine de la famille Tison d'Argence : seules subsistent deux belles tours rondes. Un pont-levis ouvrait l'accès nord au château qui était entouré de douves sèches. Le château et ses souterrains servirent de refuge aux villageois surtout lors de la guerre de Cent Ans. Le corps de logis fut reconstruit à plusieurs reprises. Après la révolution, le château fut vendu comme Bien National.

 

La Mairie :                                                                                               

Très sobre édifice charentais du XVIIIème siècle.

 

Le Prieuré (ne se visite pas) :

Daté de la fin du XIXème Siècle, il abrita la Congrégation Notre-Dame·des-Anges qui créa la première école de filles de Dirac. L’école fut dissoute en 1905 lorsque l'école communale créa une classe de filles.

 

La Reinerie (ne se visite pas) :

Ancien logis du XVIIIème siècle, li est remarquable par ses 2 tours tronquées, anciens pigeonniers à toit conique.